Nord Eclair 12/01/2009

La marionnette de la société a la gangrène!

«La Gangrène » est un spectacle de marionnettes pour adultes et adolescents. La jeune compagnie agathe dans le vent nous attire ainsi au beau milieu du XVIII siècle où de profonds changements s'initient. Au Zem théâtre ce soir.

«La marionnette permet la distance. On rit des situations car ce n'est pas nous, c'est loin. L'intérêt ? Se poser des questions et échanger » explique Delphine Delafosse. A l'origine du projet, elle signe la conception et la réalisation de ce spectacle insolite. Ce qui se joue sur scène est librement inspire d'un extrait de «L'amour en plus, histoire de l'amour maternel du XVII au XXème siècle» d'Elisabeth Badinter.

A la fois historique, fantastique et contemporain, ce spectacle mêle avec habileté théâtre, marionnettes et films d'animation. Delphine Delafosse et Charlotte Talpaert utilisent avec talent le corps d'un mannequin à taille humaine comme castelet. C'est alors le corps de l'Etat qu'elles dissèquent afin d'en extraire et analyser les organes déficients. Delphine Delafosse précise

« L'idée scénographique choisie fait référence à l'organicisme ». Une théorie selon laquelle la structure et le fonctionnement d'une société peuvent être comparés à ceux d'un être vivant.

Et oui, le corps de l'Etat va très mal. A l'heure d'une pensée libérale naissante, des remèdes sont prescrits aim d'abolir ses faiblesses et le risque de prolifération des microbes pathogènes que sont les inactifs et les opposants.

L'objectif avoué ? Créer une matière première polyvalente et soumise qui répondrait à tous les besoins de la société, afin de

créer des sujets dociles. Une mise en lumière de changements qui trouve un bel écho en cette nouvelle année. A voir. 

S MATHIEU JÉGOU, CORRESPONDANT LOCAL